Actualités_Rocheux

Vendredi 10 février 2017: Chantier de gestion

 

Dimanche 11 septembre 2016 :  visite guidée de la réserve

Ce dimanche 11 septembre, une vingtaine de visiteurs guidés par le Conservateur de la réserve, Jean-François Hermanns, partent à la découverte des richesses des pelouses calaminaires de la réserve du Rocheux, avec au progamme :

  • les particularités géologiques locales
  • la genèse et l’aspect des minerais qui y ont été exploités
  • les vestiges des anciens travaux miniers
  • les particularités du tapis végétal et un aperçu des biocénoses calaminaires

rocheux-pano

Interview du Conservateur lors de cette visite.

A&G – « Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le milieu dans lequel nous nous trouvons ? »

J-F Hermanns – « La réserve du Rocheux s’étend sur environ trois hectares. C’est l’une des réserves naturelles sur substrat calaminaire qui sont gérées par l’association Ardenne et Gaume. Ces sites métallifères sont distribués comme un archipel entre Liège et Aix-la-Chapelle et résultent de l’activité minière et métallurgique du fer, du plomb et du zinc qui a eu son développement maximal au 19ème siècle dans nos régions. »

A&G – « Comment explique-t-on cet affleurement de minerais métalliques à la surface du sol? »

J-F Hermanns – « C’est l’érosion de terrains superficiels qui est à l’origine de l’affleurement du substrat métallifère, ce qui a permis localement le développement d’une activité extractive sur ces sites. Le site du Rocheux correspond au carreau d’une ancienne mine de fer ayant fait l’objet d’une exploitation en surface dans des temps très anciens. De nouveaux travaux d’extraction ont été réalisés entre 1840 et 1880, à la recherche de minerais de zinc et de plomb. Ces travaux ont exploré toute la longueur du filon métallifère du Rocheux qui s’étend sur 1200 mètres de long. Les vestiges de l’activité du 19ème siècle sont toujours visibles sur le terrain comme vous pouvez le voir. »

A&G – « Quel est l’intérêt particulier de ce site pour le naturaliste ? »

J-F Hermanns – « A mon avis, la caractéristique la plus intéressante du site est le développement d’un tapis végétal constitué d’espèces inféodées aux substrats métallifères : les endémiques calaminaires, ou flore du zinc, ainsi que d’autres plantes herbacées qui tolèrent la présence de métaux lourds dans le sol. Ces espèces constituent des associations végétales très particulières qui sont à la base d’un écosystème de type prairial d’une remarquable stabilité dans le temps et qui offre une niche écologique particulière à toute une faune d’insectes. »

A&G – « La fréquentation du site par le public est-elle régulière ? »

J-F Hermanns – « Nous constatons depuis quelques années que le site est parcouru le plus souvent par des groupes ou par des associations conduits par des guides-nature, ou bien par des étudiants conduits par leurs enseignants.

Lorsque notre comité de gestion de la réserve est sollicité, nous faisons tout le possible pour offrir le service d’un guide, comme c’est d’ailleurs le cas aujourd’hui pour cette visite guidée une visite organisée à la demande du Syndicat d’Initiative de Theux.

Lorsqu’une visite est annoncée, nous préparons le parcours des visiteurs en traçant les sentiers à l’avance à l’intérieur de la réserve. Cette ouverture au public est hautement récompensée car nous constatons fréquemment que certains visiteurs reviennent sur le site pour le revoir à leur aise ou pour même nous nous prêter main forte lors de nos travaux de gestion! »