Réserve Naturelle Comte d’Ursel – Ben Ahin

Commune: Huy
Superficie totale: 5ha 46a 57ca dont 5ha 40a agréés
Propriétaire: Ardenne et Gaume
Date de création: 1991
Site proposé comme zone humide d’intérêt biologiqueSite SGIB 4
Conservateur : Xavier Vandevyvre Tél : 0473/653019

Couriel: x.vandevyvre(@)gmail.com

réserve accessible sur les sentiers à tout moment

Dernière mise à jour : 5 octobre 2014

La réserve naturelle de Ben-Ahin se trouve un peu en amont de Huy, sur la rive droite de la Meuse. Elle comporte d’une part des étangs, mares et marécages, d’autre part, un versant boisé très abrupt.

Ben Ahin 2014

Ben Ahin 2014

La zone humide s’est formée à l’emplacement d’un ancien site industriel qui fut jadis très actif. En effet, des tuileries et des fabriques de produits réfractaires existaient à Ben-ahin et à Gives. La terre à tuile était extraite, au pied du versant escarpé, dans des fosses de forme rectangulaire. Les fosses épuisées étaient laissées à l’abandon et se remplissaient progressivement d’eau provenant de la nappe phréatique, du petit ruisseau de Gives et de sources et suitements sourdant au pied du versant. Après l’arrêt des activités industrielles vers 1926, les fosses furent définitivement oubliées.

benahin3

Déjà à la fin du XIXe siècle, les mares, étangs et marécages de Ben-ahin et Gives étaient très fréquentés par les botanistes hutois qui connaissaient bien leur richesse floristique. Leurs herbiers, confiés en grande partie au Jardin botanique national de Belgique, en témoignent d’ailleurs. Pièces d’eau et marécages étaient peuplés d’espèces palustres qui se sont en grande partie maintenues jusqu’à nos jours. C’est ainsi que plusieurs espèces de laîches très rares dans la vallée de la Meuse ornent la réserve: la laîche raide (Carex eleta), la laîche vésiculeuse (Carex vesicaria), la laîche paniculée (Carex paniculata), la laîche faux-souchet (Carex pseudocyperus), la laîche allongée (Carex elongata), … Mais l’espèce la plus intéressante est sans contexte le trèfle d’eau (Menyanthes trifolia) qui se dissimule sous les aulnes, dans des zones régulièrement inondées. Diverses autres espèces bordent les pièces d’eau ou colonisent les bourbiers: le populage (Caltha palustris), l’iris jaune (Iris pseudacorus), la massette à larges feuilles (Typha latifolia), la grande glycérie (Glyceria maxima), la patience des eaux (Rumex hydrolapathum), la scutellaire toque (Scutellaria galericulata) .

benahin2

Jadis, avant d’être transformée en pâturages puis en cultures, la plaine alluviale était exploitée comme pré de fauche. La reine des prés (Filipendula ulmaria) et le pigamon jaune (Thalictrum flavum) en sont des vestiges. Les saules forment ici et là des fourrés denses qu’une gestion appropriée contiendra. Le versant de schiste houiller qui longe la zone humide est entièrement boisé. Un transect partant de son sommet et aboutissant aux étangs montre une intéressante succession de types forestiers: chênaie-hêtraie à luzule des bois (Luzula sylvatica), forêt tout à fait typique de cette partie de la vallée mosane; chênaie à charme; chênaie à charme sur colluvions de bas de pente, riche en espèces mésophiles dont la corydale solide (Corydalis solida) et en fougères dont le polystic à soies (Polystichum setiferum); frênaie, là où le versant se raccorde à la plaine alluviale; fragments d’aulnaie à laîche allongée (Carex elongata) le long du ruisseau de Gives et enfin aulnaie à laîche raide (Carex elata), à l’arrière de l’étang.

Ben Ahin 2014 Etang

Ben Ahin 2014
Etang

De nombreux oiseaux fréquentent le site, malgré son exposition peu favorable. L’inventaire des poissons et de la faune herpétologique commencera sous peu. Les libellules ont été étudiées. Leur variété et leur rareté font de la réserve de Ben-ahin un site odonatologique majeur de la Wallonie.

Le nom du comte Ferdinand d’Ursel a été associé à cette réserve en témoignage de reconnaissance pour les éminents services qu’il a rendus à l’association et à la conservation de la nature pendant plus de quarante ans.