Réserve Naturelle Agréée des Roches Noires

Dernière mise à jour : 6 décembre 2016

Commune: Comblain-au-Pont
Superficie totale: 3ha 83a 40ca
Propriétaire: Ardenne & Gaume asbl
Cette réserve naturelle a été acquise grâce à une souscription publique et est la première en propriété propre créée par l’association
Date de création: 1943 Site SBIB 35
Réserve agréée par arrêté de l’Exécutif régional wallon du 31 mai 1990
Site classé par Arrêté royal du 18.06.1946 et du 26.07.1977
Site majeur de Wallonie
Conservatrice : Françoise Hermanns
Contacter la conservatrice
La réserve est accessible au public lors des promenades organisées uniquement

Réserve naturelle des Roches Noires

Les Roches Noires portent bien leur nom, car le calcaire dolomitique qui les constitue est de teinte très sombre et d’aspect ruiniforme typique. Elles dominent un ancien méandre de l’Ourthe maintenant occupé par des prairies et sont orientées plein sud. L’érosion les a découpées en pointements rocheux impressionnants, ensoleillés et chauds.

plan réserve des Roches NoiresLa « grande Roche » et la « Roche du Lion » abritent donc une flore et une végétation des plus intéressantes, caractéristiques des pelouses calcaires sèches et des chênaies à charme thermophiles.Le vallon au centre de ces deux roches est occupé par une pelouse calcicole mésophile non moins intéressante tandis la chênaie-charmaie-frênaie calcicole colonise le versant de part et d’autre de ces dernières. C’est ici qu’on a pu observer jadis une grande graminée rarissime, le nardure unilatéral (Nardurus maritimus) qui se développe sur les arènes (sables grossiers) dolomitiques. Les anfractuosités de la falaise portent la lunetière (Biscutella laevigata subsp. Varia) qui doit son nom à la forme en «lorgnon » de ses fruits. Des buissons de cotonéaster sauvage (Cotoneaster integerrimus) bordent le sommet des affleurements. Les bois abritent quelques orchidées discrètes : l’Ophrys mouche (Ophrys insectifera), la céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasonium) et la néottie nid d’oiseau (Neottia nidus-avis) tandis que l’Orchis mâle (Orchis mascula) et la platanthère à deux feuilles (Platantera bifolia) égayent la pelouse mésophile au printemps.

Les multiples floraisons attirent de nombreux insectes, souvent vivement colorés. La faune entomologique y est riche et variée, voir fiche SGIB n°35

A la belle saison, les bois retentissent du chant éclatant des oiseaux.

L’embroussaillement des pelouses est combattu par une gestion adéquate, à savoir le pâturage extensif par le mouton roux ardennais (prairie mésophile) et le fauchage mécanique (sommet des roches).

Le projet européen « Life Hélianthème » actuellement en cours permet de soutenir la gestion et d’envisager des travaux plus importants sur le site.