Réserve Naturelle Agréée du Haut des Loges

Dernière mise à jour : 6 décembre 2016

Commune: Etalle
Superficie totale: 1ha 81a 04ca
Propriétaire: Ardenne & Gaume asbl
Date de création: 1995 – Site SGIB n°781
Conservateur : Jean-Paul Jacob – tél 063/21.78.55 – contacter le conservateur
Réserve accessible au public lors de promenades organisées uniquement

 

Haut des Loges

L’ancienne carrière du Haut des Loges est incluse dans le vaste massif forestier qui couvre une grande partie de la cuesta Sinémurienne, en Lorraine belge. Elle jouxte le terrain militaire de Lagland-Stockem qui contient les plus importantes landes sur sables subsistant en Wallonie. Creusée dans des sables et grès du Jurassique, elle présente l’intérêt d’avoir mis au jour des assises de sables décalcifiés et d’autres calcarifères. Cette hétérogénéité lithologique détermine l’apparition et l’évolution de groupements végétaux contrastés : lande à callune (Calluna vulgaris) et genêt velu (Genista pilosa) sur les sables acides, pelouses pionnières évoluant vers divers faciès de prés secs à mésophiles ailleurs. La flore héberge quelques champignons et plantes remarquables, comme la laîche des landes (Carex ericetorum), réputée éteinte en Belgique et redécouverte dans la carrière. La faune est surtout remarquable par la présence du lézard des souches et d’une série d’insectes spécialisés, notamment des espèces sabulicoles, divers Orthoptères et Lépidoptères.

Hat des Loges Davantage que par le passé, les potentialités à prendre en compte dans ce genre de milieu concernent un large éventail d’espèces, en particulier des plantes de milieux pauvres, l’herpétofaune et l’entomofaune. La gestion appliquée permet de rencontrer les exigences d’un nombre appréciable de ces espèces. Après une phase de restauration rendue indispensable par le boisement rapide du site, la gestion tend à maintenir et favoriser des biocénoses pionnières se développant sur les sables et grès plus ou moins xériques. Ceci se traduit par des objectifs opérationnels comme le maintien d’un fort ensoleillement, de végétations hétérogènes et ouvertes, de zones sableuses et de microreliefs, ainsi que le contrôle de plantes potentiellement envahissantes et la limitation du piétinement en raison de la fragilité d’une partie des espèces présentes.