Réserve Naturelle de l’Abbaye St Remy et l’ancienne carrière St-Remy

 Dernière mise à jour : 28 juillet 2015

Commune: Rochefort – Localisation et vue aérienne
Superficie : 19 ha 81 a 86 ca
Propriétaire : l’Abbaye Notre-Dame de Saint-Remy
Site SGBI n°40
Conservateur : Frère Jean-Paul Wilkin – Daniel Titeca

 

Située au nord de Rochefort où elle domine la dépression de la Famenne, la réserve de l’Abbaye de Saint-Remy complète admirablement le “Parc Lesse et Lomme”.

RN_ABBAYE_ST_REMY_1

Vue de la réserve naturelle de l’Abbaye St-Remy le 4 avril 2015 – photo©J-L Rennson

Ce long versant, exposé au sud-ouest, fait partie de la Calestienne.

RN_ABBAYE_ST_REMY_2

Vue de la réserve naturelle de l’Abbaye St-Remy le 4 avril 2015 – photo©J-L Renneson

Le type de forêt le plus remarquable de la pente est certes la hêtraie à céphalanthère. Cette forêt a été décrite par THILL. A côté du hêtre (Fagus sylvatica), elle montre du frêne (Fraxinus excelsior), de l’orme des montagnes (Ulmus glabra), de l’érable sycomore (Acer pseudoplatanus), du merisier (Prunus avium) et du chêne pédonculé (Quercus robur). Dans le taillis, des espèces mésophiles assez banales voisinent avec des arbustes et des arbrisseaux plus typiques de ce milieu comme le cornouiller mâle (Cornus mas)

RN_ABBAYE_ST_REMY_3

Cornus mas en fleur 4 avril 2015 – photo©J-L Renneson

 la viorne mancienne (Viburnum lantana), le camérisier (Lonicera xylosteum), le bois-gentil (Daphne mezereum). La strate herbacée rassemble des plantes calcicoles thermophiles parmi lesquelles des orchidées fort intéressantes comme la céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasoonium), dont les fleurs restent presque toujours fermées et qui se reproduit le plus souvent par autogamie (paradoxalement, des centaines de plantes ont été trouvées récemment dans la réserve sur un talus planté d’épicéas! ) et la néottie ou nid d’oiseau (Neottia nidus-avis). Cette plante dépourvue de chlorophylle doit son nom français à ses racines tellement entortillées qu’elles suggèrent la forme d’un nid.

RN_ABBAYE_ST_REMY_4

Vue de la hêtraie à Cephalanthère 4 avril 2015 – photo©J-L Renneson

La hêtraie surexploitée a donné naissance à une forêt appauvrie, la chênaie à charme, de composition floristique voisine, où la jonquille est très abondante au printemps.

Les pelouses calcaires mésophiles qui occupent le bas des versants sont en voie de recolonisation forestière. Des fourrés d’épineux et d’arbustes thermophiles bordés de plantes caractéristiques des ourlets, comme la réglisse sauvage (Astragalus glycophyllos), ont tendance à envahir le site qui devrait être géré. D’autres part, la pratique du moto-cross “sauvage” creuse les pelouses de profondes ornières.

Des orchidées sont présentes ici aussi: le platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia), le platanthère des montagnes (Platanthera chlorantha), l’épipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine), la gymnadénie moucheron (Gymnadenia conopsea), l’ophrys mouche (Ophrys insectifera)…

Dans le prolongement de la colline, une ancienne carrière de marbre rouge, la carrière Saint-Remy, qui exploitait un récif corallien (biotherme) datant du Frasnien, a été classée par la Commission Royale des Monuments, Sites et Fouilles en 1975 et 1976.

Vue de l'entrée du site de la carrière St-Remy - photo©J-L Renneson - attention l'accès au site est interdit au public.

Vue de l’entrée du site de la carrière St-Remy – photo©J-L Renneson – attention l’accès au site est interdit au public.

Ce site classé est situé au nord de Rochefort, sur la propriété de l’Abbaye Notre Dame de Saint-Remy. Il est constitué d’une ancienne carrière de marbre aujourd’hui inondée et limitée par d’impressionnantes falaises verticales.

RN_ABBAYE_ST_REMY_5(carriere)

Vue du site de l’ancienne carrière St-Remy – photo©J-L Renneson – attention l’accès au site est interdit au public.

RN_ABBAYE_ST_REMY_9(carriere)

4 avril 2015 – photo©J-L Renneson

Le fond est occupé par divers groupements végétaux adaptés aux variations du niveau d’eau : nappes de scirpe des marais (Eleocharis palustris), mégaphorbiaie à valériane officinale (Valeriana repens) et eupatoire (Eupatorium cannabinum), cariçaie à laîche cuivrée (Carex cuprina), etc. Les fissures des parois sont colonisées par une riche communauté de fougères

comprenant notamment la fausse capillaire (Asplenium trichomanes), la lastrée du calcaire (Gymnocarpium robertianum), mais aussi d’autres plantes herbacées adaptées à ces conditions difficiles. En outre, les replats ensoleillés portent des fragments de pelouses calcicoles. Le site est important pour la reproduction de l’herpétofaune. Il héberge notamment une importante colonie de lézard des murailles (Podarcis muralis) et plusieurs espèces d’amphibiens.

RN_ABBAYE_ST_REMY_7(carriere)

Pelouse calcaire en surplomb de la carrière St-Remy – 4 avril 2015 – photo©J-L Renneson

Les insectes sont également bien représentés avec plusieurs espèces remarquables. Récemment intégré dans la réserve de l’Abbaye de Saint-Remy, cette remarquable carrière présente par ailleurs un très grand intérêt géologique, archéologique et historique.

L’évolution des orchidées de ce site est suivie, notamment par la section “Orchidées d’Europe” des Naturalistes belges, voir aussi la fiche SGIB n° 474