Réserve Naturelle Agréée de Furfooz

Commune: Dinant
Superficie totale: 51ha 77a 61ca
Propriétaire: ville de Dinant
Date de création: 1948
Réserve agréée par arrêté de l’Exécutif régional wallon du 12 décembre 1991
Site classé par Arrêté royal du 18.07.1980 – SGIB n° 17
Conservateur : Christophe Goffin – contacter le conservateur
Site internet du parc: www.parcdefurfooz.be
Le parc est accessible à pied, uniquement aux personnes qui se sont acquittées du droit d’entrée

parc de Furfooz

La réserve de Furfooz se trouve dans la vallée de la Lesse, sur la rive droite. Elle est établie dans le synclinal de calcaire viséen et tournaisien d’Anthée-Falmignoul. Le faciès récifal du Waulsortien (Tournaisien) et le “marbre noir ” de Dinant (Viséen) y sont particulièrement bien représentés. Le site est formé d’un plateau contourné par la Lesse à l’Est, au sud et à l’Ouest et coupé en deux parties par le Ri des Vaux, petit ruisseau au débit irrégulier qui sépare le plateau de Hauterecenne, à l’est, du plateau de la montagne de Chaleux à l’Ouest.

Les versants du Ri des Vaux et de la Lesse ont des orientations variées qui créent des biotopes très contrastés.

trou du Grand-Duc Au cours des âges, la Lesse s’est enfoncée profondément dans les calcaires, y creusant grottes etchantoires auxquels on a donné des noms poétiques (Trou qui fume, Chantoire des Nutons, Trou des Nutons, Trou du Frontal, Trou du Grand Duc ….). Les phénomènes karstiques sont nombreux, le plus spectaculaire d’entre eux étant le bras souterrain de la Lesse, qui traverse tout le massif. Il fut exploré pour la première fois, il y a une trentaine d’années, par des spéléologues. Plusieurs salles et galeries y furent découvertes (salle Frans FOULON, galerie d’ARDENNE & GAUME …) ainsi qu’un lac dont l’extrémité Ouest est visible au Fond des Vaux. Les grottes et cavernes du massif de Furfooz (et des massifs environnants) ont été occupées par l’homme depuis des millénaires (- 14000 ans environ). Des fouilles ont été menées dès le XIXe siècle par DUPONT et FRAIPONT. C’est ainsi que dans le Trou des Nutons, les préhistoriens ont mis au jour des ossements d’animaux (renne, chamois, chevaux, bisons, etc…), un morceau de bois de renne gravé d’un avant train de bison, un fragment d’oligiste oolithique, etc du Magdalénien (Paléoloithique supérieur) ; dans le trou du Frontal ont été exhumés de l’outillage de silex, une dalle gravée d’un arrière train d’aurochs ou de renne, des coquilles fossiles, une pendeloque de Magdalénien, un ossuaire du Néolithique daté de 2400 ans avant notre ère, dont deux crânes qui ont servi de base pour établir la “race de Furfooz “.

Une ancienne exploitation de calcite d’âge néolithique existe sur le plateau de la Montagne de Chaleux.

Des vestiges de poteries datant du premier millénaire avant notre ère (époque protohistorique : fin du Hallstatt ou de la Tène) ont été découverts.

fort de Furfooz D’après BRULET, “l’aménagement du plateau de Hauterecenne en forteresse de type éperon barré remonte à la fin de l’époque romaine (IIIe et IVe siècles après J.C.) ; c’est à ce moment qu’il faut situer la construction des thermes servant de dépendances à la redoute. Vers le milieu du IVe siècle, la forteresse a été l’objet de remaniements et a servi de lieu de garnison à de nouveaux venus (une milice d’origine germanique) qui ont enterré leurs morts dans les ruines de l’établissement thermal. Le promontoire a connu une occupation aux périodes mérovingienne et carolingienne. De ces différentes époques datent l’enceinte fortifiée, le retranchement et les deux murs de barrage, les vestiges de deux tours … En outre, les traces de deux petits édicules occupés à l’époque romaine tardive ont été trouvées au bord de la Lesse“.

 

thermesEn 1958, ARDENNE et GAUME a procédé à la reconstruction complète de l’établissement thermal qui est “devenu un document didactique grandeur nature qui mérite la visite” (BRULET). Caldarium, tepidarium, frigidarium, hypocauste y sont soigneusement reconstitués. La reconstruction fut dirigée par J.BREUER assisté du spécialiste allemand KRETZSCHMER.

parc de FurfoozLa nature est à la hauteur de ce site extraordinaire. La plaine alluviale de la Lesse porte une frênaie-aulnaie à orme lisse (Ulmus laevis), forêt très rare dans nos régions, où s’épanouissent l’anémone fausse- renoncule (Anemone ranunculoides), la gagée jaune (Gagea lutea), la lathrée écailleuse (Lathraea squamaria), l’aconit tue-loup (Aconitum lycoctonum subsp. Vulparia) … Les versants sont recouverts de belles frênaies-erablières de ravin riches en fougères qui tapissent le sous-bois de leurs feuilles luisantes : la langue de cerf (Asplenium scolopendrium) et le polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum). Ajoutons la lunaire vivace (Lunaria rediviva) et une plante curieuse qui se reproduit par des bulbilles situées à l’aisselle de ces feuilles, la dentaire à bulbilles (Cardamine bulbifera).

Les parois rocheuses plus ou moins verticales et bien ensoleillées portent un groupement caractéristique des fissures où dominent la fétuque penchée (Festuca pallens), la lunetière (Biscutella laevigata subsp. Varia), le sisymbre d’Autriche (Sisymbrium austriacum subsp. Astriacum), la laitue vivace (Lactuca perennis) … Les replats sont tapissés d’orpins et les fissures étroites abritent diverses fougères dont le cétérach (Ceterach officinarum), particulièrement bien adapté à la sécheresse.

Des pelouses sèches couronnent les plateaux et les falaises. C’est le domaine de la seslérie bleuâtre (Seslaria caerulea), de la globulaire (Globularia bisnagarica), de la phalangère (Anthericum liliago) et de bien d’autres plantes souvent vivement colorées. Les cultures qui avaient été établies sur le plateau de Hauterecenne et sur le plateau de la montagne de Chaleux pendant la dernière guerre ainsi que les pelouses jadis pâturées par les moutons sont en voie de recolonisation forestière. On y trouve tous les stades de transition entre les pelouses postculturales et postparotales et la forêt : pelouses mésophiles, fourrés d’épineux, ourlets et manteaux formés d’espèces thermophiles, chênaies à charmes.

La gestion, actuellement en cours, consiste principalement à maintenir et restaurer les pelouses calcaires.

Quelques chauves-souris hantent les grottes. Le martin-pêcheur et le cingle plongeur filent le long de la Lesse. La faune herpétologique est variée. Les insectes sont abondants et variés.

Accessibilité du parc

Le parc est accessible à pied, uniquement aux personnes qui se sont acquittées du droit d’entrée :

  • Accès gratuit pour les membres d’Ardenne et Gaume sur présentation de leur carte de membre
  • Adultes: 4,00 €
  • Groupes (minimum 15 personnes): 2,00 €
  • Retraités, étudiants (-de 25 ans): 2,00 €

Le rendez-vous pour les groupes est à prendre au moins un jour à l’avance:

    • Soit par téléphone, au numéro 082/22 34 77. En cas de non-réponse prolongée, s’adresser au secrétariat d’Ardenne et Gaume
    • Soit par lettre, à l’adresse suivante: Parc de Furfooz, rue du Camp Romain 79 , 5500 FURFOOZ