50 ans d’avancées, continuons

Avez-vous déjà essayé de comparer d’anciennes cartes géographiques de la première moitié du 20e siècle avec Google Maps ? L’évidence saute aux yeux : ces dernières décades ont été marquées par une industrialisation, un mercantilisme et une urbanisation rapides et généralisées. L’activité humaine a eu un impact ravageur sans précédent sur les écosystèmes mondiaux. Comme les enfants de Chronos, la biodiversité est dévorée quasi partout, souvent anéantie par les conséquences d’un désir insatiable de richesses (bien mal réparties de surcroît) et de confort (tout relatif). Une véritable course à l’échalote vers plus de tout et tout le temps. L’équilibre délicat de ces écosystèmes, la riche tapisserie de la faune et de la flore et les fondements mêmes de la santé de notre planète sont en sursis.

La prise de conscience a pourtant déjà commencé depuis longtemps. Les seventies, marquées par un réveil écologique occidental ont vu émerger une série d’avancées importantes : convention de RAMSAR (1971), première conférence des Nations Unies à Stockholm (1972), convention de Washington (1973), convention de Bonn (1979) et convention de Berne (1979). C’est à ce moment là que la Belgique lance sa Loi de la conservation de la Nature (1973).

Ces engagements internationaux ont été à l’origine des Directives Oiseaux et Habitats qui ont permit de développer de réelles stratégies de conservation de la nature en Europe avec la mise en place du réseau Natura 2000, la protection d’espèces et d’habitats, la logique du « No Net Loss » et in fine le développement des projets LIFE de restauration de la nature. Malgré ces avancées, il est essentiel de reconnaître que le travail est loin d’être terminé. Le changement climatique, en particulier, exige une attention urgente et soutenue, car ses effets se répercutent sur tous les écosystèmes.

Sous cette législature, le Gouvernement wallon s’est montré plus volontariste en la matière : le nombre d’aires protégées ne cesse d’augmenter et il n’est plus inimaginable d’établir progressivement un véritable réseau écologique reliant un maximum d’îlots isolés entre eux (voir les Carnets N°15) où certains espaces pourraient être réensauvagés (voir les Carnets N°17). La création des deux premiers Parcs nationaux wallons est un signe plutôt encourageant. La mise en place de la « Stratégie Biodiversité 360° » en est un autre.

Hélas, tous les esprits ne sont pas encore prêts à changer de paradigme. Il suffit de voir comment Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, traite par-dessus la jambe la protection du loup suite à la mort de son poney pour se rendre compte qu’il y a encore beaucoup de travail. L’émotion d’un individu prime sur la raison du collectif. La droite conservatrice (PPE) n’hésite plus à s’allier avec l’extrême droite et ses discours simplistes pour torpiller toute avancée de la législation en faveur de la biodiversité.

La conservation de la nature n’est pas un simple concept ; c’est une responsabilité morale, un impératif éthique qui transcende les frontières politiques et les différences culturelles. Elle implique la compréhension du fait que la santé de notre planète est intimement liée à notre propre bien-être.

Pour Ardenne & Gaume, ainsi que pour nos partenaires, 2024 sera une année intense en vue de poursuivre la protection, la gestion et l’extension des aires naturelles partout en Wallonie. Un travail exigeant, méticuleux, sportif, mais passionnant. La biodiversité est un joyau vital que nous devons protéger et favoriser plus que jamais, et nous comptons sur chacune et chacun pour y contribuer à sa façon. Sensibiliser son entourage, nous soutenir en devenant membre si ce n’est déjà fait, encourager les dons ou les legs pour acquérir de nouvelles réserves ou en agrandir d’autres, participer à des activités de terrain sont les meilleurs moyens d’y parvenir.

Nous tenons à remercier toutes les personnes motivées et qualifiées participant à l’élaboration et à la diffusion des Carnets que nous espérons utiles pour les professionnels, les pouvoirs régionaux et locaux, les étudiants, mais aussi les naturalistes de tous horizons. Nous tenons également à vous remercier, une fois de plus, pour votre fidélité et votre confiance.

Toute l’équipe d’Ardenne & Gaume vous souhaite une excellente nouvelle année !

Cet article est l’édito des Carnets des Espaces Naturels N°19.

Crédit photo : Réserve naturelle des Méandres de l’Ourthe © Julien Preud’homme

Si cet article vous plaît, partagez-le …

Dernières actus

Appel aux dons – Bohan-Membre

Soutenez-nous dans la protection de la magnifique vallée de la Semois et de ses affluents. Ardenne & Gaume lance un appel aux dons pour financer l’achat de 24 hectares d’espaces naturels.

Lire plus ►
Ancienne briqueterie de Ghin - photo : Julien Preud'homme

Le réseau écologique

Découvrez dans cet article l’importance vitale du réseau écologique : conservation, connectivité et défis pour préserver la biodiversité.

Lire plus ►
Chevêche d'Athéna - Athene noctua - photo : Julien Preud'homme

Sorties ornithologiques 2024

Nouvelle édition de nos sorties ornithologiques ! Formez-vous ou perfectionnez-vous à l’ornithologie à travers la pratique. Profitez d’un module de 10 à 12 sorties de terrain en 2024, guidé par des ornithologues passionnés.

Lire plus ►