Le réseau écologique

Le réseau écologique et l'importance du maillage écologique

Exemple d’un modèle conceptuel de réseau écologique avec des zones cœurs, différents types de corridors, des zones tampons et des zones d’usage des sols plus extensif.

Définition du réseau écologique

Le terme « réseau écologique » regroupe l’ensemble des milieux de vie temporaires ou permanents des espèces végétales et animales, assurant ainsi leur survie à long terme. Sa destruction peut entraîner l’appauvrissement de la biodiversité.

Pour éviter la disparition d’une espèce, deux facteurs sont cruciaux : la conservation d’espaces naturels de grande taille et la connexion entre ces espaces.

Premièrement, les espaces naturels de grande taille

Les espaces naturels plus vastes accueillent un nombre plus important d’individus d’une espèce, favorisant ainsi la résilience face à des perturbations telles que maladies ou incendies.

Deuxièmement, le maillage écologique

Cependant, un grand site isolé ne garantit pas la survie d’une espèce. La proximité entre les populations est essentielle pour favoriser la diversité génétique et l’échange d’individus, renforçant ainsi les chances de survie face à une catastrophe naturelle, une épidémie ou des prédateurs susceptibles d’éliminer tous les individus.

Il ne suffit pas de protéger 10 ou 20 % d’un territoire : il faut encore que ces zones protégées soient connectées entre elles pour permettre un échange d’individus.

Voici quelques règles générales théoriques pour définir la forme et la structure des zones protégées pour constituer un réseau écologique efficace :

  • Il vaut mieux une grande zone protégée qu’une de petite taille.
  • À surface égale, une grande réserve naturelle est en principe plus intéressante que plusieurs petites réserves.
  • Elles doivent être le plus proche possible les unes des autres ou connectées.
  • On privilégie des espaces protégés de forme compacte, complétés par des zones tampons pour éviter l’effet de bordure.

En pratique – Le réseau Natura 2000

Mais comment appliquer cette théorie à la multitude des espèces concernées ?

Dans la réalité, les milieux les plus rares sont désignés par des scientifiques. Ainsi, le réseau Natura 2000 a été établi, couvrant l’ensemble du territoire de l’UE. C’est dans ces zones que doivent se concentrer les efforts de protection et de restauration des milieux, construisant ainsi des écosystèmes encore plus résilients à une échelle plus grande.

Pour en savoir plus sur le réseau Natura 2000, consultez le numéro des Carnets des Espaces Naturels « Natura 2000, nouveau bilan » sorti à l’occasion du 20e anniversaire du réseau.

Fragmentation du réseau écologique

Néanmoins, la connexion entre ces espaces rares est perturbée par de multiples obstacles. Les activités et infrastructures humaines constituent de véritables entraves aux déplacements des espèces, provoquant ainsi la fragmentation du réseau écologique. Le maintien et la restauration des couloirs biologiques sont cruciaux pour permettre aux populations d’espèces animales et végétales de se déplacer et d’accomplir leur cycle de vie.

Les éléments entravant les connexions entre les zones protégées comprennent :

  • Clôtures.
  • Obstacles dans l’espace aérien pour les animaux volants.
  • Pollution lumineuse pour les espèces qui fuient la lumière (par exemple, les chauves-souris).
  • Bétonisation des sols pour les organismes qui se déplacent dans la terre ou dont l’existence dépend des échanges de nutriments par le sol.
  • Grandes monocultures utilisant des insecticides et fongicides, devenant infranchissables pour de nombreuses espèces.
  • Pollution sonore causant des difficultés de reproduction chez les espèces utilisant des signaux acoustiques.
  • Réseaux routiers provoquant des collisions mortelles avec les animaux traversants (amphibiens).
  • Barrages.
  • Et bien d’autres encore…

Comprendre pour mieux protéger

Il est crucial de saisir l’importance du réseau écologique pour une protection efficace de la biodiversité. La connectivité entre les zones déjà protégées demeure essentielle à la survie des espèces, qu’elles évoluent en milieu urbain, agricole, ou dans un jardin privé. Il est impératif de prendre conscience de la nécessité d’aménager nos territoires de manière plus favorable à la nature.

Pour approfondir le sujet :

Le numéro 15 des Carnets des Espaces Naturels est entièrement dédié à cette thématique. Vous y trouverez l’article de Marc Dufrêne (Université de Liège – Gembloux Agro-Bio Tech), qui explique en détail les principes du réseau écologique et bien plus encore !

Vous pouvez commander votre exemplaire à la Boutique Nature. 

Crédit photo : Les pelouses sèches sur sables, Ancienne briqueterie de Ghlin © Julien Preud’homme

Si cet article vous plaît, partagez-le …

Dernières actus

Appel aux dons – Bohan-Membre

Soutenez-nous dans la protection de la magnifique vallée de la Semois et de ses affluents. Ardenne & Gaume lance un appel aux dons pour financer l’achat de 24 hectares d’espaces naturels.

Lire plus ►
Chevêche d'Athéna - Athene noctua - photo : Julien Preud'homme

Sorties ornithologiques 2024

Nouvelle édition de nos sorties ornithologiques ! Formez-vous ou perfectionnez-vous à l’ornithologie à travers la pratique. Profitez d’un module de 10 à 12 sorties de terrain en 2024, guidé par des ornithologues passionnés.

Lire plus ►